Les codes de la Milonga

Quand vous sortez danser le Tango en Milonga, il vaut mieux penser à certaines choses telles que:

Vos vêtements. Évitez marcel, tee-shirt informe, santiags et autres vêtements incongrus. Penser que vous avez quelqu’un(e) dans les bras. C’est une marque de respect pour les autres que de s’habiller pour elles/eux, et pour soi bien évidemment. L’habit vous aide à tenir la posture, comme le costard-cravate du boulot ou le jogging pour aller faire du sport. L’état d’esprit est influencé par la tenue vestimentaire et vice versa.

– Votre parfum. Évitez de manger ail et oignon le jour de “milonguear”. On transpire ces odeurs par les pores de la peau même les dents bien lavées.

ail

C’est très incommodant pour l’autre ainsi que les odeurs de bière et de cigarette froide. Ne riez pas, les argentins reconnaissent les français à ces odeurs dans les soirées portègnes… Et je ne parle pas des odeurs de transpiration…. Le français est réputée, à l’étranger, pour sa mauvaise hygiène, alors relevons le niveau ;o) Prévoyez donc des bonbons mentholés, spray…
Hygiène Tango Respirez par le nez autant que faire ce peu, même avec l’haleine fraîche, le souffle chaud n’est pas forcément agréable pour votre partenaire.

Dans les milongas traditionnelles de Buenos Aires, les hommes sont en costume et certains portent la cravate. Avant de sortir, ils sont rentrés chez eux se préparer et faire honneur aux femmes, elles aussi sur leur 31. Ces salons sont embellis par les danseurs et l’ambiance n’en est que plus enchanteresse. 

L’invitation se fait par un échange de regard, puis une inclinaison de la tête: le Cabeceo. Ne vous bornez pas à inviter quelqu’un(e) qui ne vous regarde pas. Si la personne convoitée ne vous a pas vu: soit elle le fait exprès soit non. Pour le savoir chercher à attirer son regard sans vous planter devant celle-ci pour la “coincer”.

Invitation Tango

Je suis plutôt à défendre que la personne qui guide, invite, car elle doit être inspirée par la musique et la fréquentation de la piste. Une femme m’a un jour invitée sur une milonga et s’est étonnée ensuite que ça aille vite… Si la personne qui suit invite, autant qu’elle s’assure d’avoir vraiment envie de danser sur la musique du moment ;o)

La musique. Lors d’une milonga (bal Tango), les djs passent des Tangos au nombre de 4, les Valses et les Milongas au nombre de 3 en respectant un ordre certain. Quand vous invitez une personne à danser, ne le faite pas pendant la cortina. Attendez de savoir sur quoi vous allez danser. Evitez également de l’inviter sur le dernier morceau: il faut bien un Tango pour apprendre à se connaître et se détendre. La cortina sépare les couples pour plus d’échange ;o)

Savez-vous qu’à Buenos Aires les danseurs invitent leurs danseuses selon qu’une milonga, qu’un d’Arienzo, qu’un De Angelis ouvre la Tenda? Il est “drôle” de se faire inviter pendant la cortina pour que le danseur dise ensuite “oh, une milonga… je ne suis pas fan”. En revanche il est bien plus agréable d’entendre “oh, Pugliese, j’ai très envie de danser avec toi”. Vous ne trouvez pas?

Le language. Ne parler pas pendant la danse. Vous déconcentrez la personne qui danse avec vous (vous êtes dans un dialogue corporel qui nécessite de la concentration) et pouvez gêner la bonne écoute de la musique pour les danseurs autour de vous. L’entre-deux danse et la cortina sont faits pour l’échange verbal, profitez de chaque instant. Qui plus est, pouvez-vous être musical si vous n’écouter pas le morceau en cours?

blablabla

Sauf dans une pratique où l’endroit est prévu à l’échange et à la recherche de pas, de transmission et de compréhension, vous pouvez vous arrêter et discuter discrètement avec votre partenaire en vous mettant hors de la circulation. Mais ni la milonga ni la pratique ne sont des lieux d’enseignement. Ce sont des lieux d’expression. Respectez le niveau de l’autre.

commentaires

– Comme je le disais tout à l’heure, les Tango sont passés au nombre de 4, Milongas et Valses au nombre de 3. La séparation des couples se fait au moment de la cortina (autre musique). Si l’un des deux arrête avant la cortina, c’est très mauvais signe, sauf si c’est le dj ou l’organisateur/rice, devoir oblige ;o)

Le code de la route. Dansez à droite et remontez le temps. Gardez une petite distance de sécurité, votre danseuse ne doit souffrir d’aucune perturbation extérieure. La plupart d’entre elles ferment les yeux et vous font confiance. Si accrochage il y a, excusez-vous pour éviter les querelles.

attentiondanseurs

Chaque guide est responsable de la circulation générale de la piste, et ce, dés son entrée. Avant de vous lancer sur la piste, regardez l’ambiance générale, cherchez les lignes des danseurs, le rythme…

entreepiste

Ces restrictions peuvent vous aider dans votre danse, si si ;o) Gardez un œil sur la piste vous assure également une bonne posture ;o)

regardpiste

Amusez-vous surtout, le respect de ces quelques règles devraient vous assurer de passer de très bonnes milongas, où que vous soyez dans le monde! ;o)

abrazo

Illustrations de Véronique Paquette pour Les Pas Parfaits

8 réflexions sur “ Les codes de la Milonga ”

  1. Bonjour,

    Je me demandais si le costard cravate, c’était pas too much pour les milongas… Il y a peut_êytre des tenues plus légères et permettant une amplitude de mouvements..
    Cordialement P.B

    1. Bonjour Pierre,

      Le costume cravate est le top élégant, ou costume sans cravate aussi, c’est très classe. Tout dépend de l’allure que vous voulez avoir sachant que les habits des danseurs et danseuses va déterminer l’ambiance visuel de la soirée. Dans les milongas traditionnelles portègnes, nous sommes baignés dans une ambiance d’élégance et en même temps d’anonymat. Tout le monde étant sur son 31, on ne sait pas qui sont chacun. Cela fait partie de la magie. Nous sommes plongés dans du beau et dansons en oubliant l’extérieur, en oubliant d’où nous venons. C’est une belle parenthèse.

  2. Bonjour Charlotte,

    Est-ce correct, après avoir discuté avec une danseuse de musicalité et de ses goûts, de lui proposer de l’inviter pour la prochaine série de milongas (ou de valse) ?

    Est-il préférable, d’annoncer qu’on est débutant (ou nouvel intermédiaire), qu’on préfère danser en abrazzo ouvert ou de laisser sa partenaire découvrir ses “lacunes” ?

    Sinon, il semblerait que les femmes ne devraient pas inviter les hommes… Il m’arrive assez souvent d’être invité par des femmes et j’ai du mal à cacher ma surprise (mais comme je suis très timide, que je fréquente les pratiques ou milongas depuis peu et que j’ai du mal à inviter, peut-être l’ont-elles remarqué et ça me convient.)

    1. Bonjour,

      En discutant avec une danseuse, faite au feeling. Le dialogue permet de sonder l’autre et de se jeter à l’eau ou non… Il faut être à l’écoute.

      C’est dans la danse que la danseuse découvre le choix de son partenaire quant à l’abrazo. Mais la danseuse a aussi son mot à dire, subtilement en se plaçant dans les bras de son partenaire et lui faire comprendre sa préférence.

      Votre rôle de “guide” est de faire danser la femme, qu’elle se sente le mieux possible avec votre danse. Vous vous mettez en quelque sorte à son service tel un gentleman, pour l’emmener là où vous le souhaitez ensuite ;o)

      Quand je reprends la pratique du lundi et vendredi (courant 3ème trimestre: avril ou mai), vous pourrez me poser toutes vos questions.
      Bien cordialement

  3. Bonsoir/bonjour, Charlotte et visiteurs/euses !

    J’ai une question à poser. Lorsque vous invitez quelqu’un, et que la personne vous dit “non”, avez-vous le droit d’inviter tout de suite quelqu’un d’autre ? (par exemple, la personne à côté ou celle un peu plus loin).

    Pour moi la réponse est oui, bien évidemment ! si la personne que vous avez invité en premier ne souhaite pas danser, on respecte son choix et l’on se tourne vers une autre personne, rien de plus normal et logique, n’est-ce pas ? Moi-même aussi, des fois, j’ai refusé de danser, et je trouve normal que la personne qui m’invite et que je viens de refuser se tourne vers une autre personne.

    Mais pour la première fois depuis des années, dans une milonga parisienne quelqu’un m’a dit que c’est vu comme étant “extrêmement mal poli” que d’inviter quelqu’un d’autre à danser, tout de suite après que vous avez essuyé le refus de la première personne ! La raison serait que, en invitant quelqu’un d’autre alors que vous venez d’essuyer un refus, vous traitez votre deuxième invité(e) en “plat de deuxième choix”, ou quelque chose de pire.

    Cela m’a sidéré, car dans les milongas je vois que lorsque cela arrive de se faire refuser (chacun son droit), la personne désireuse de danser se tourne le plus naturellement du monde vers d’autres personnes (qui sont à ce moment libres et qui peut-être attendent une invitation) ; qui à leur tour peuvent bien sûr refuser ou accepter (et en général elles acceptent de bon cœur), et tout se passe très bien.

    Est-ce que c’est nouveau, cet état d’esprit, ou bien est-il l’apanage de quelques cas sociaux ?

    1. Bonjour Charles,

      Merci pour votre commentaire.
      Dans cette page “les Codes de la Milonga”, je prône le retour au regard pour une invitation au “Cabezeo” pour éviter ce genre de déconvenue.
      Le regard permet ainsi d’inviter plus à conscience telle ou telle personne (respect du niveau par exemple) et d’être déjà dans un échange.

      Après libre à chacun de se poster devant une femme pour l’inviter mais je trouve cette technique plutôt agressive (sauf s’il s’agit d’un danseur que nous connaissons et apprécions). Certaines acceptent à contre-cœur car elle se sentent “obligées” pour ne pas être désobligeantes. Je ne suis pas sûre que ce soit agréable ni pour l’un, ni pour l’autre.
      Je ne donnerai donc pas de conseil relatif à cette technique du “Tu danses, non? et Toi? et Toi et Toi?”. Je trouve que nous rentrons dans un système de consommation rapide: “je veux danser peu importe avec qui, peu importe sur quoi” (pour ceux qui invitent pendant la cortina par exemple).

      Le tout est de savoir qu’il y a des codes qui correspondent à des règles de jeu (comme pour un sport), qu’il faut parfois apprendre comme celui du regard qui n’est pas évident pour celui et celle qui ne l’a jamais pratiqué.

      A vous de voir si vous voulez “jouer avec les codes” ou non mais pensez à ce qui est plus agréable pour cet autre avec qui vous voulez entrer en interaction.

      Bonnes Milongas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cours individuels et collectifs à Paris et stages en France

Vous aimez? Alors partagez ;o)